Végétarisme et végétalisme: et si on en parlait?

STOP A LA SOUFFRANCE ANIMALE !

– Manger de la viande, c’est fatal pour l’or bleu: l’élevage représente 8% de la consommation d’eau, parce que élever des boeufs, mine de rien, ça demande du beaucoup de fourrage, donc beaucoup d’eau (15 500 L pour un kilo de boeuf!). Et bon, on va pas se mentir, on peut pas dire que l’eau soit une ressource sur laquelle on pourra toujours compter pour en avoir à volonté. Certes, toute agriculture nécessite beaucoup d’eau, mais si cette dernière n’était pas utilisée pour l’élevage, cela diminuerait énormément sa consommation. En outre, il serait peut-être temps d’utiliser davantage l’eau de pluie pour irriguer les cultures (dans les régions où le climat le permet, bien sûr): une alimentation végétarienne qui utiliserait l’eau de pluie pour l’agriculture des aliments consommerait 26 moins d’eau qu’une alimentation non végétarienne. Ce n’est pas négligeable! Je veux pas te faire paniquer, mais selon le CNRS, d’ici 2025, compte tenu de l’augmentation de la population mondiale, entre la moitié et les deux tiers de la population mondiale connaîtra le stress hydriques… Diminuer sa consommation de viande, c’est diminuer la consommation d’eau (et la consommation d’espaces…).

– Manger de la viande, c’est manger de l’espace terrestre: pour un kilo de boeuf, il faut  323 m², contre 6 m² pour un kilo de légumes; 70% de la forêt amazonienne a été déforestée pour les besoins de l’élevage (je vais pas te faire le topo sur l’importance de la forêt et des environnements naturels, je pense que tu es au courant).

– Manger de la viande, c’est énergivore: l’élevage et la pêche sont gourmands d’énergie fossile, surtout pour la production des engrais (encore et toujours eux…), sauf que ce n’est pas une énergie renouvelable. C’est pomper la Terre, et c’est un emprunt qui équivaut à un non-retour! Un kilo de poisson nécessite par exemple 3,4 litres de carburant pour faire avancer le chalutier.

– Manger de la viande, c’est faire du mal aux sols: le surpâturage entraine l’érosion du sol voire sa désertification. C’est comme si une parcelle de la Terre mourrait, parce qu’on l’aurait épuisée au prix d’un steak.

– Manger de la viande, c’est réchauffer la planète: eh oui, parce que selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’élevage est responsable de 18% du CO2 (plus que nos petites voitures!), 37% du méthane et 65% des émissions d’hémioxyde d’azote (alors, si j’ai bien compris, c’est un gaz à effet de serre qui est utilisé pour plusieurs choses, notamment la conservation de la viande).

– Manger de la viande, c’est rejeter pleins de mauvaises choses dans les sols: il faut savoir que l’agriculture pour l’élevage est bourrée de pesticides et d’engrais et que les animaux sont bourrés de médicaments (antibiotiques). En dehors du fait que du coup, le lait que tu bois est bourré d’antibiotique, les sols sont submergés par ces éléments chimiques, et on connait la suite: pollution de la nappe phréatique, pluies acides, etc.

-Manger de la viande n’est pas en accord avec la faune et la flore: destruction des habitats à cause de la déforestation et de l’épuisement des sols, le réchauffement de la planète à cause des gaz à effet de serre, la pollution, la monoculture, etc. En 2006, la FAO notait que 306 des 825 écorégions  (zones qui se singularise par son climat, sa faune, sa flore, son sol, etc.) terrestres étaient menacées par l’élevage.

– Manger de la viande n’est pas rentable: seulement 39% de viande d’un animal est consommé, le reste n’étant pas consommable… Quel manque de respect pour l’animal tué!

– Manger de la viande, un acte criminel? Personne n’est dupe là-dessus: les animaux sont maltraités. 83% des poulets de chair sont élevés sans accès à l’extérieur, les animaux sont mutilés pour « faciliter » leur cohabitation (puisqu’ils se marchent dessus…), la mortalité est très élevée (20% des cochons meurent avant d’avoir atteint l’âge d’être abattus)… Je continue? Evidemment, cela concerne la consommation de viande, mais aussi d’oeufs, de lait (hormone de croissance bovine qui doit permettre à la vache de produire plus et plus longtemps du lait après avoir eu son petit, ce qui la conduit à la mort en quelques années à peine), etc;

 

 

 

Dis-toi que ce sont des raisons pour stopper sa consommation de viande, mais qu’il y en aurait encore au moins le double. Mon but n’est pas de tenir un discours alarmiste, mais juste de montrer que notre habitude de consommation de viande n’est pas en accord avec le monde d’aujourd’hui, sans compter l’aspect éthique de ce que cette alimentation implique (quel droit avons-nous de tuer des êtres vivants pour notre bon plaisir?). L’agriculture réservée à l’alimentation des animaux destinés à l’abattoir pourrait servir à nourrir la population mondiale (1 personne sur 9 souffre de la faim dans le monde); l’eau pourrait être économisée et utilisée pour une agriculture respectueuse de l’environnement dans des régions arides pour que les populations locales puissent vivre de leurs cultures agricoles; des écosystèmes et des forêts pourraient être préservés, ainsi que les sols et tant d’autres choses. Ne cherchons pas: il n’y a pas un seul point positif à la consommation de viande, si ce n’est la vitamine B12, celle qui est importante sur le système nerveux et qui est absorbée par les animaux que l’on nous fait manger, mais on peut trouver d’autres moyens d’en absorber (compléments alimentaires).

 

Dans cette perspective : être végétarien, c’est ne plus consommer d’êtres vivants; être végétalien, c’est exclure toute consommation de produits animaux (lait, oeuf, miel, etc.); être vegan, c’est adopter, en plus de tout ça, des habitudes de consommation et de vie excluant toute implication d’animaux (produits non testés sur animaux, pas de pulls en laine, pas de chaussures en cuire, ne pas aller au zoo, etc.).

 

Tu peux aussi entendre parler des « welfaristes »: ce sont des personnes qui défendent l’idée que le but n’est pas de se priver de la consommation animale, mais de se tourner vers un élevage dit « heureux » (poules élevées en plein air, etc.), donc c’est rejoindre l’idée d’un moindre mal. Le véganisme s’oppose à cette position, car le but est de combattre la souffrance animale, et le moindre mal n’est alors pas une alternative…

 

Mon expérience personnelle: j’ai tout d’abord arrêté de consommer de la viande pour une raison écologique (sachant que j’en consommais déjà peu, n’en ressentant ni l’envie ni le besoin). Très vite, d’autres raisons ce sont ajoutées: j’ai commencé à ressentir un véritable dégoût pour la viande, je ne comprenais plus comment on pouvait manger du « cadavre ». C’est un aspect bien plus éthique qui a émergé, ne comprenant plus de quel droit nous nous autorisons à manger d’autres êtres vivants – c’est alors que j’ai découvert l’antispécisme. Et je le ressens assez douloureusement dans la vie de tous les jours: je suis profondément choquée de voir des publicités pour un steak, choquée de voir les boucheries qui étalent leurs poulets grillés: je trouve cela inhumain, et j’irais même jusqu’à dire génocidaire. Cela ne signifie pas que je renie toute personne de mon entourage qui mange de la viande; mais je ne peux pas m’empêcher de ressentir du dégoût et de la tristesse en voyant leur assiette, dégoût pour le cadavre et tristesse pour ce pauvre veau qu’on s’est octroyé le droit de tuer (et tout est dans le « on »: c’est plus facile quand d’autres font le sale boulot à notre place, hein?). Ainsi, au fil du temps, c’est bien la chose suivante qui émerge: stop à la souffrance animale. Mais je ne suis pas végan pour autant: je mange encore du fromage et du miel de temps à autre, je ne cherche pas à savoir s’il y a des oeufs dans les desserts que l’on me propose, j’ai encore des pulls en laine dans mon placard et surtout, je vis avec un chat (je ne dirais pas que j’ai un chat, car en l’occurrence, c’est plutôt lui qui m’a…). Donc j’ai conscience de ne pas être la personne la mieux placée pour défendre la cause animale, mais je n’en suis pas moins sincère dans tout ce que je dis!

 

A visiter:

Viande.info: un site de L214 très complet qui expliquera plus précisément ce que j’ai résumé dans cet article

Aujourd’hui Demain: un « concept store vegan » où l’on peut trouver de nombreux produits, difficiles à trouver dans les grandes surfaces

Hot for food: une chaine youtube qui propose des recettes vegan

Liv’s Healthy Life: une chaine youtube qui propose des recettes vegan

Jihem Doe: défend avec un certain humour mais avec un grand sérieux la cause animale

Vert Feuille: donne des raisons et des conseils pour un mode d’alimentation végétarienne/végétalienne

Et bien sûr: Demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s